+223 20 73 97 74 philadelphiesahel@gmail.com

La formation missionnaire de Paul

La formation de Paul comme missionnaire transculturel

 

Examinons l’exemple de Paul : sa préparation au ministère missionnaire, depuis sa conversion et dans le contexte quotidien, jusqu’au départ en mission transculturelle, recommandé par les églises. Quels sont les éléments fondamentaux de cette préparation ?

1) Développement de la vie spirituelle.

  • Des expériences précises et personnelles ont façonné la vie de Paul, et authentifié l’appel particulier de Dieu sur sa vie (conversion, baptême d’eau, baptême dans le Saint-Esprit, etc.)
  • Objectivement, la communauté chrétienne a bénéficié de son ministère, et a confirmé les fruits de son travail, dès les jours suivant sa conversion – Actes 9, 20-22 et 28-30

    Actes 9, 1-6 / 22, 6-13 : sa conversion

    Phil 3, 3-8 : sa formation personnelle avec les avantages et les inconvénients

  • Paul a rapidement compris que la personne de Jésus est l’élément central, qui ne peut être adapté aux interprétations culturelles ( 2 Corinth.2, 17 / Col 2, 2-15 )

     

  • Appel : Paul a reçu un appel personnel pour la mission, et l’Eglise a reconnu cet appel.

    Ac 9, 15-17 / Ac 22, 17-22 / Ac 13, 1-4

    Il a reçu également des confirmations extérieures objectives – Gal 1, 15-16

  • Envoi : l’Eglise a accepté joyeusement d’envoyer Paul comme ambassadeur auprès des perdus. Actes 13, 2-3 et 15, 40

–> Le Saint-Esprit ordonne, l’église collabore : Actes 13,1-4 et 2 Timothée 2, 15

2) Le caractère chrétien

Saul avait un héritage socio-religieux, un passé “terroriste” contre les chrétiens. Il avait besoin de franchir beaucoup d’obstacles.

Parmi les nombreuses qualités que le Saint-Esprit a forgées en Paul, notons :

Une bonne réputation, liée à un bon encadrement spirituel :

Paul a été entouré par Ananias, aux 1er jour de sa conversion – Actes 22, 12-16

Barnabas s’est occupé de lui et a assis sa réputation à Jérusalem, puis à Antioche – Actes 9, 27-28

Actes 4, 36-37 – Actes 11, 24-25

Paul a pu citer plus tard le niveau d’une “bonne réputation” – 1 Cor 11, 1 – Phil 3, 17 – 1 Tim 3, 2

–> En mission, dans une nouvelle culture, la réputation de l’Evangile et de l’Eglise sont

étroitement liées au caractère du missionnaire (Actes 20, 18-21 / 1 Cor 2, 1-5)

Digne de confiance (à tous les niveaux)

Paul a été façonné dès le début de sa vie chrétienne.

  • Auprès de Barnabas, il apprend une attitude juste envers les biens et possessions, envers les finances, le style de vie – Actes 4, 36-37
  • Il voit à Jérusalem le service diaconal et apprend l’esprit de service – Actes 6, 1-7
  • Lors du martyr d’Etienne, Paul voit la fidélité à la vérité, et le prix à payer – Actes 7
  • Quand il retourne à Tarse (Actes 9, 30 / 1 Cor 4, 1-2), il montre son humilité, son désir d’être crédible.

Un cœur de Serviteur.

Pharisien connu et zélé, Paul avait de l’autorité, des ambitions humaines, qu’il a fallu arracher, pour acquérir un cœur de serviteur.

Actes 11, 29-30 : une tâche matérielle, pratique, a servi d’épreuve. Dans les épîtres, Paul se présente souvent comme “serviteur” (2 Cor 4, 5)

3) Compétences pour le service.

On sert avec des compétences apprises de multiples manières.

Connaissance biblique

Paul avait reçu l’enseignement correspondant à sa génération (Phil 3, 5), puis l’enseignement aux pieds de Gamaliel (Actes 22, 3).

Paul a été formé comme nouveau converti selon la doctrine des Apôtres, depuis Jérusalem. Ensuite, il a été équipé pendant “3 ans au désert” (Gal 1, 17-18)

Paul insistera toujours beaucoup sur l’enseignement biblique dans les églises (Actes 19, 9-10)

Capacité de communiquer

Paul savait organiser et présenter les vérités de l’Evangile

Il disposait de capacités orales Actes 9, 20-22

Il savait utiliser son savoir séculier, tout comme ses connaissances théologiques.

Il savait profiter de sa citoyenneté romaine pour se sentir à l’aise dans toutes les cultures.

Il avait des capacités pour communiquer par écrit : Il a rédigé les Epîtres !

Il savait utiliser les ponts de communication – Actes 16, 13 et 19, 8 –

Travail en équipe

Le ministère missionnaire en équipe est une base essentielle dans le N.T. Dès sa conversion, Paul est placé dans un contexte d’équipe : à Damas (Actes 9, 17-25) – à Jérusalem, il voit le modèle des Apôtres (Actes 9, 27) – à Antioche (Actes 11, 25 / 13, 1-4) – Actes 15.

Une direction qui se met au service des autres.

Le style de direction exercé par Paul est directement inspiré du modèle laissé par Jésus :

Matthieu 20, 25-28 / Marc 10, 42-45.

Paul a vu le caractère de Serviteur de Barnabas, qui laisse ses biens, son pouvoir, sa position.

Paul vivra toutes sortes de conditions : Il deviendra un « leader – serviteur » – Phil 4, 10-13

4) Domaine relationnel

Quelqu’un a dit :”Les missionnaires ont tendance à aimer les âmes, mais à haïr les gens”.

Le cœur du ministère transculturel : les contacts de personne à personne, face à face, vie à vie. Il faut être préparé et équipé pour cela, notamment dans l’église locale. Cela suppose des étapes :

Incorporation dans la vie d’une église locale

Comment les jeunes convertis sont-ils intégrés, acceptés, éduqués ?

Paul a commencé sa vie chrétienne au milieu des frères, avec Ananias (Actes 9, 10-19), puis avec Barnabas (Actes 9, 26-30).

–> L’incorporation dans l’assemblée locale est un standard normal que Paul enseignera plus tard : Romains 14, 1, 13 et 15, 1-7

Formation comme disciple puis responsable local.

Deux églises locales ont influencé Paul de façon déterminante :

  • Jérusalem : Actes 2, 42-27 : Il a apprécié la qualité de l’enseignement, de la communion entre les frères, et la puissance des actes surnaturels.
  • Antioche : Actes 11 et 13 : Il apprend la direction en équipe, l’adoration et le contact entre personnes de diverses cultures.

–> La formation individuelle s’inclut dans le contexte de la communauté.

Participation au ministère

L’implication dans le ministère de l’église locale permet de filtrer ceux qui seront aptes à un ministère transculturel.

Paul a toujours été participant au ministère dans chaque étape et chaque église, durant sa préparation. Il était sous la surveillance d’Anciens – voir Actes 9, 28-31.

A Antioche, il a reçu une position de leader Actes 11, 25-26 et 13, 1-2

–> Les compétences doivent être authentifiées, avant un envoi en mission

Responsabilité – Rendre compte aux autres

Cela englobe notamment :

  • La justesse de l’enseignement biblique apporté
  • La gestion des ressources
  • Les résultats effectifs du ministère.

–> Paul se rendait crédible, recommandable, devant les autres leaders avant d’engager son ministère – (2 Corinthiens 6, 3-10)

  • Pour ce qu’il prêchait (Gal 1, 17-21 – 1 Thess. 2, 3-6)
  • Pour les finances (Actes 11, 29-30)
  • Dans l’exercice de son ministère : Actes 14, 26-28 : Il rend compte de son activité missionnaire.

Actes 15, 36 : Il a le souci des convertis – Actes 15, 2 : Il veut établir une doctrine juste.

Conclusion

Reconnaissons les éléments divins et humains impliqués dans une sélection et une préparation soigneuses des futurs missionnaires.

Quatre principes pour améliorer les performances :

  1. Partenariat (leaders – églises – agences missionnaires – centres de formations)
  2. Sélection
  3. Définir des standards de sélection et préparation, pour trouver les meilleures qualifications
  4. Communication, entre tous ceux qui sont engagés dans le travail transculturel

Une théologie biblique et correcte des missions met l’accent sur un impact missionnaire transculturel continu, pour l’ensemble de la communauté chrétienne.