+223 20 73 97 74 philadelphiesahel@gmail.com

La préparation du Missionnaire

I) Voyons plusieurs domaines essentiels dans lesquels le missionnaire doit se préparer.

La connaissance du Seigneur

Notre foi doit aller en s’approfondissant, tout au long de notre vie chrétienne.

Lire 2 Pierre 1,5-8 : « Faites tous vos efforts pour joindre à votre foi, la connaissance »

La communion avec Dieu est vitale, elle doit être une priorité dans la vie de l’envoyé.

Un point important : le missionnaire doit avoir une capacité de se nourrir personnellement de la présence de Dieu. Les moyens suivants sont conseillés :

  • Etude biblique journalière
  • Prière journalière
  • Temps de méditation et mémorisation de la Parole de Dieu.

Le missionnaire pourra ainsi mieux faire face à certains problèmes spécifiques, tels que : solitude, découragement, pressions et combat spirituel.

La connaissance de soi

Nous sommes tous différents les uns des autres : il est donc essentiel que nous apprenions à nous connaître nous-mêmes. D’autant plus que le travail missionnaire est un travail en équipe, hors de nos points de repère culturels, avec des pressions particulières.

→ Savoir qui je suis, avec mes points forts et mes points faibles, mes talents naturels, les dons que Dieu m’a donnés.

→ Nous avons tous une personne extérieure, celle que tout le monde voit, et une personne intérieure, qui reste cachée aux autres, et que parfois nous connaissons mal nous-mêmes. Ce sont nos réactions face aux circonstances de la vie qui expriment notre vraie personnalité.

→ S’accepter soi-même (Romains 12,3) –

La société ambiante, l’Eglise, nos traditions ecclésiastiques, ont défini certains critères et normes de comportement et de ce que « doit être un chrétien » !

Dangers :

  • porter des masques
  • manque de confiance en soi, sentiment de rejet
  • sentiment d’infériorité, comparaison avec les autres, etc.
  • égocentrisme, repli sur soi, etc.

→ Etre guéri des blessures passées.

→ Comment développer l’estime de soi :

  • S’accepter ne signifie pas approuver : Dieu nous accepte inconditionnellement, non pour nous approuver, mais pour nous délivrer !
  • Reconnaissons les problèmes liés à notre nature de péché.
  • Développons une saine conception de la nature de Dieu et de Son amour.
  • Transformons nos épreuves et tentations en victoires !
  • L’obéissance à Dieu est toujours source de bénédictions.

→ Une attitude à développer : être ouvert !

Soyons prêts à nous remettre en question devant le Seigneur, et face aux autres.

La connaissance du milieu culturel, des religions dominantes

Ce domaine se rapporte à l’anthropologie culturelle, c’est à dire l’étude des cultures.

  • Définition de la culture.
  • Les différents niveaux de la culture.
  • Comment s’intégrer dans une culture ?
  • Le style de vie – Les choses à apprendre rapidement
  • Comment analyser et étudier une culture ?

II) La connaissance de l’organisation missionnaire

III) Un schéma de formation à trois niveaux.

(Voir document complémentaire)

La préparation d’un missionnaire est un processus, dans lequel sont impliqués : l’église locale, l’agence missionnaire, l’école de formation, et le candidat lui-même. Tous sont partenaires !

Quelques critères de sélection

  1. Nouvelle naissance authentique
  2. Motivation juste
  3. Un appel de Dieu authentique
  4. Caractère chrétien et maturité spirituelle
  5. Capacités de bonnes relations avec les autres
  6. Capacité de gérer le stress (attention : attachement excessif à la famille – caractère impulsif)
  7. Bonne connaissance biblique
  8. Formation en missiologie (notions transculturelles)
  9. Capacités et stabilité professionnelles

Une Formation personnelle à trois niveaux :

Niveau 1 : Fondements de vie personnelle.

Cela concerne toute l’éducation de la personne : c’est le fondement le plus profond sur lequel sa personnalité est assise.

  • Les fondements de sa vie, son arrière plan familial, ses origines.
  • Sa formation scolaire, professionnelle
  • Son expérience personnelle de vie adulte : travail, foyer, style de vie, etc.

Niveau 2 : Formation ecclésiastique.

Plus cette formation est complète, mieux la tâche missionnaire sera accomplie.

  • Formation en tant que disciple, dans l’église locale
  • Formation Biblique, formelle ou informelle.
  • Formation théologique et missiologique
  • Formation au leadership et au ministère chrétien.

Niveau 3 : Pratique missionnaire.

Une formation au travail transculturel est nécessaire à ce stade :

Programme de formation transculturelle (connaître la culture du pays choisi – son histoire

l’histoire missionnaire dans ce pays – etc.)

Apprendre la langue, etc.

Aspects et éléments essentiels de la préparation missionnaire :

1/ Développer les qualités spirituelles du futur missionnaire

Voici 8 qualités spirituelles majeures :

  1. Caractère
  2. Attitudes
  3. Marche spirituelle
  4. Appel
  5. Engagement personnel
  6. Fondement biblique et théologique
  7. Combat spirituel
  8. Attentes personnelles

La formation spirituelle vise à former l’être, avant le « faire » ou le savoir. Elle aide les jeunes missionnaires à acquérir une vie de piété personnelle stable,

disciplinée. La maturité spirituelle est une clef pour persévérer et demeurer efficace dans le service chrétien.

2/ Développer les capacités relationnelles du futur missionnaire.

  • Connaître l’éthique de l’agence missionnaire, ceux qui dirigent à l’arrière.
  • Identifier les attentes du missionnaire par rapport à la vie de groupe.
  • Quelle est son ouverture sociale face aux autres cultures ? Est-il orienté vers les personnes, capable de nouer des contacts ?
  • Etre formé pour le travail en équipe : attention aux attentes irréalistes !
  • Etre formé aux relations interpersonnelles, en milieu transculturel ;
  • Avoir des notions concernant la résolution des conflits, et sur les différences de plus en plus rapprochées entre les générations.

3/ Développer les capacités d’adaptation pour une vie hors de sa culture.

C’est un facteur important pour diminuer le stress en arrivant sur le terrain missionnaire, et pour établir d’entrée une meilleure communication.

Ex : cours d’anthropologie culturelle – de communication transculturelle

Communiquer au jeune missionnaire une attitude d’ouverture, la volonté d’apprendre.

4/ Une formation qui s’adresse à la famille toute entière.

La formation doit renforcer l’unité familiale. Elle doit équiper chacun (parents, enfants, célibataires) pour faire face aux pressions liées au ministère transculturel, qui peuvent mettre en péril les relations de couple et de famille.

5/ Une bonne préparation physique.

La formation doit enseigner les principes bibliques concernant notre responsabilité envers le corps et la santé que Dieu nous a donnés.