+223 20 73 97 74 philadelphiesahel@gmail.com

Le concept de mission à court terme est apparu dans les années 1980.
Quel est le but des missions à court terme ? Que se passe-t-il dans un séjour à court terme ?

Comment faire progresser la mission à court terme ?

  1. Passer de la notion « d’événement pour les jeunes » à celle de « programme missionnaire ». Les voyages missionnaires doivent être mieux réfléchis, pour entrer dans le cadre d’une vision suivie et d’un effort qui se prolonge d’une année sur l’autre.Pratiquement : on peut programmer une progression et des défis spirituels de plus en plus grands sur plusieurs années consécutives. Exemple :
    • 1ère année : évangélisation locale
    • 2ème année : voyage de découverte missionnaire en terre de mission
    • 3ème année : évangélisation transculturelle en mission

    Ainsi, d’année en année, les jeunes suivent un processus qui les conduit à une maturité spirituelle et un engagement plus grands.

  2. Donner une plus grande responsabilité à l’égard de l’argent.Mieux on comprend où va l’argent, plus on se sent responsable ; à l’inverse, plus on est ignorant, moins on se sent responsable ! Il convient d’évaluer des sommes raisonnables qui peuvent être investies pour des voyages missionnaires, et rendre compte à la communauté, à ceux qui soutiennent la mission.
  3. Passer de la notion de « camp de vacances » à celle de « mission à court terme ».La jeune génération n’a pas besoin de « loisirs supplémentaires ». Les jeunes ont besoin d’expériences qui favorisent leur vie spirituelle et produisent des changements profonds dans leur vie. Tout en proposant aux jeunes envoyés en mission à court terme un service pratique, on doit leur donner des occasions concrètes pour rendre témoignage de Christ.
  4. Ne pas s’arrêter à un phénomène de « mode » !De plus en plus de jeunes se rendent chaque année en mission à court terme. Celles-ci produisent chez eux un impact positif. Il est nécessaire de développer ces occasions et de les rendre de plus en plus enrichissantes, efficaces.
  5. Insister de plus en plus sur la préparation.Les missions auront d’autant plus de succès et d’impact si les jeunes sont bien préparés. Cette préparation commence par une bonne formation au discipolat dans l’église locale. Ensuite, il faut se procurer les moyens et le matériel nécessaires (en accord avec les agences missionnaires par exemple).
  6. Passer d’une « expérience de vacances » à un ministère continu.Pour tirer véritablement profit d’une mission à court terme, les jeunes doivent avoir l’occasion, après leur retour, de prolonger tout ce que leur expérience sur le terrain a déclenché en eux.

    Par exemple :

    • Prévoir dans l’église locale, un programme missionnaire régulier, qui fait suite à l’expérience sur le terrain.
    • Soutenir un projet missionnaire.
    • Poursuivre un ministère d’aide auprès de ceux qui sont dans le besoin autour de nous.
  7. Un plus grand engagement des églises locales, des groupements et réseaux d’églises.Les églises et mouvements d’églises qui prévoient et regardent en avant pour la jeunesse ont l’occasion de préparer une nouvelle génération de missionnaires.

    Lorsque les relations entre églises s’intensifient, les groupes peuvent se mélanger pour partir en mission à court terme, étendre leurs relations et enrichir leurs expériences, tout en diminuant leurs frais de voyages.